Avec les réformes fiscales, le conseiller en gestion de patrimoine apporte son aide et son savoir-faire aux épargnants pour détecter la meilleure période pour faire des investissements fructueux ou pour gérer un patrimoine immobilier à l’image d’experts tels Immobalcaen.rachat-de-credit-hypothecaire

Mais comment reconnaitre un bon professionnel et sur quels critères se baser pour le choisir ?

Qualités et rôles du conseiller en gestion de patrimoine

 

Disposant d’une solide expertise juridique, fiscale et financière, le conseiller en gestion de patrimoine (CGP) mettra à votre disposition son professionnalisme pour mieux vous aider à choisir les meilleures des stratégies d’investissement ou d’organisation.

Suivant vos besoins, le CGP est habilité à effectuer votre bilan patrimoine, vous aider pour le choix d’un régime matrimonial plus adapté à votre situation, ou encore prendre les dispositions nécessaires pour constituer votre testament. Au fil des années, votre conseiller en gestion de patrimoine en saura plus sur votre vie familiale, aura plus de facilité à gérer vos compte-titres et vous apportera soutien et conseils pour tous vos projets, que ce soit pour agrandir votre parc immobilier ou choisir une formule d’assurance vie.

Engager un conseiller en gestion de patrimoine : les critères de sélection

Pour pouvoir endosser le rôle de conseiller en gestion du patrimoine, ce professionnel se doit de présenter une agrégation de l’Autorité des marchés financiers (AMF) et avoir les compétences requises pour fournir des conseils en investissements financiers (CIF). Il lui est également nécessaire d’appartenir à un organisme professionnel tel l’Anacofi, une association représentant 40 % des CGP qui effectue elle-même les contrôles obligatoires au niveau des conditions nécessaires pour l’exercice de ce métier, tout en organisant des formations continues.

Dès le tout premier entretien avec votre futur conseiller en gestion de patrimoine, ce dernier se doit de vous présenter un « Document d’entrée en relation » vous informant de sa responsabilité professionnelle, de ses statuts, des autorités de contrôles qui se chargent de son dossier et de ses conditions de paiement.

Conseiller en gestion de patrimoine : la rémunération

 

La question de la rémunération constitue un point décisif lorsqu’il s’agit d’engager un conseiller en gestion de patrimoine. Actuellement, les CGP vivent des commissions obtenues par le biais des promoteurs des produits vendus, à l’ordre de 5 % pour les biens immobiliers et de 1 à 2 % s’il s’agit d’assurance-vie. Cependant, un projet de directive européenne nommé « MIF 2 » pourrait faire évoluer les choses et les conseillers en gestion de patrimoine ne pourront plus toucher des commissions et seront rémunérés par des honoraires, un éventuel changement qui fait encore l’objet de débats auprès de CGP.