Dans le domaine de l’immobilier, il est vrai que le financement des travaux dans la maison requiert un investissement important. Alors que des dispositifs encore méconnus du public donnent l’opportunité aux particuliers de financer leurs travaux à coûts très réduits. Il suffit de bien les connaître afin d’en tirer avantage.

1. Axer les travaux sur l’amélioration énergétique

L’éco-prêt à taux zéro connu sous le sigle éco-PTZ est un prêt mis à la disposition des personnes désireuses de financer des travaux destinés à améliorer la performance énergétique de leur résidence principale, construite avant 1990. Pour bénéficier de l’éco-TPZ, l’intéressé doit être en mesure de prouver qu’il a fait réaliser deux types de travaux, figurant sur une liste précise, effectués par une entreprise agréée. Le prêt est accordé si l’emprunteur a effectué des travaux comme l’isolation thermique de la toiture ou des murs, un changement de chaudière, etc.

Des entreprises qui opèrent dans le secteur de l’énergie accordent également des prêts ciblés. GDF-Suez et EDF offrent aux propriétaires des crédits moins coûteux sur le marché. Le prêt reste octroyé dans le cadre de travaux d’amélioration énergétique, mais les conditions varient en fonction du type de travaux à effectuer.

Plusieurs banques réduisent le taux d’intérêt du prêt lorsqu’il s’agit de travaux d’économie d’énergie. Le crédit développement durable travaux est mis en place afin de financer le projet des particuliers. Assurément, il est inférieur au crédit classique, mais il faut s’assurer que cette offre soit intéressante. La simulation assurance emprunteur peut être intéressante si un remboursement de crédit immobilier est toujours en cours.

2. Des aides et subventions à ne pas négliger

Si les crédits mentionnés ci-dessus sont incontournables, d’autres dispositifs proposent des offres tout aussi intéressantes. Des aides venant de l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat ou ANAH profitent aux bailleurs à faibles ressources ou aux propriétaires occupants. L’ANAH débloque des sommes pour permettre aux emprunteurs d’effectuer des travaux dans leur habitation. Les collectivités locales, dans le cadre de l’écorénovation, accordent également des subventions, des prêts à taux bonifié ou des allègements d’impôts. Pour l’amélioration de la performance énergétique d’un logement, le fisc grâce au Crédit d’impôt pour la transition énergétique octroie des aides aux ménages.

L’Aide à la solidarité écologique (ASE) concerne les personnes à revenus modestes qui possèdent ou louent des bâtiments construits après le 1er juin 2001. L’ASE est destinée aux travaux d’amélioration de la performance énergétique de 25 % pour les propriétaires occupants. Tandis que les travaux des propriétaires bailleurs sont financés et la performance énergétique doit être améliorée de 35 %. L’aide est de 3000 euros au maximum pour les propriétaires occupants et de 2000 euros pour les autres, elle est cumulable avec l’aide de l’ANAH

Une Prime énergie allouée par les entreprises qui fournissent du carburant ou de l’énergie à l’instar de Butagaz, Total, Carrefour… constitue une autre alternative, elle peut financer jusqu’à 20 % des travaux.