Une nouvelle hausse de crédit à la consommation a été enregistrée en novembre 2017 dans la zone euros. Contre une évolution de 2.8 et 2.7 % en octobre et septembre, le marché a gagné 2.9 % à quelques mois seulement de la fin de l’année. Une situation qui a largement profité aux ménages ainsi qu’aux différentes entreprises.

Les sociétés sont plus demandeur

Selon les sondages, ce sont les sociétés qui sont les plus demandeur de près. En novembre dernier, les crédits pour cette catégorie d’emprunteur ont gagné 3.1 %, soit 0.2 % de plus qu’en octobre. Et ce sont généralement les prêts de courte durée qui ont le vent en poupe. Les entrepreneurs ne souhaitent pas s’engager sur plus de 5 ans.

Les prêts pour les particuliers n’ont augmenté que de 2.8 %, soit +0.1 % par rapport au mois précédent. La raison de cette reprise ? Un TAEG particulièrement bas. Cependant, malgré cette baisse des taux, le crédit immobilier n’a pas grandement évolué, et ce, sur un an. Les demandes n’ont pris que 0.1 % d’un mois à un autre jusqu’en novembre.

En règle générale, sur le marché des crédits à la consommation, on enregistre un boum du marché avec 7 % de demande de financement en plus. Alors que deux mois auparavant, les emprunteurs n’étaient que de 6.7 % en plus par rapport à la même période en 2016. Le rapport des particuliers avec le crédit a décidément changé. Ils sont plus enclins à s’endetter.

La masse monétaire en baisse

La banque centrale européenne vise à une limite des risques d’inflation. En novembre dernier, la masse monétaire M3 a encore perdu 0.3 %, passant ainsi de 5.2 % en septembre à 4.9 % en novembre. Ceci équivaut à un taux d’inflation de 1.4 % et 1.5 % vers la fin de l’année dernière, ce qui est loin d’être suffisant considérant qu’il faut un taux de 2 % en moyenne.

Pour atteindre son objectif, notamment d’ici 2020, la BCE veut mettre en place une politique de marché plus agressive. Le but étant que cette année, une reprise de 1.7 % soit atteinte.

Une possible hausse des demandes de crédit

Les banques prévoient au cours de ce premier trimestre de l’année 2018 une possible hausse des demandes de crédit. En effet, les besoins en liquidités pour la réalisation d’un projet d’acquisition, ou encore pour éviter de passer au rouge augmentent, alors que les conditions d’octroi de prêt bancaire deviennent de plus en plus souples. Ce qui risque de favoriser les demandes de crédit, constatent les professionnels dans le secteur financier.

Cette hausse se porterait sur tous les types de crédits disponibles, plus particulièrement le crédit aux entreprises, le crédit à la consommation et le crédit immobilier.Si vous voulez connaître davantage des informations sur le rachat de consommation, vous pouvez consulter EmpruntGO.

Et cette situation n’est encore à ces débuts, car la Banque centrale Européenne entame également une action de son côté pour mettre une limite sur les coûts des emprunts dans la zone euro. Ce qui améliore davantage les conditions de demande de crédit auprès des banques.