De nos jours, beaucoup d’emprunteurs préfèrent demander des prêts entre particuliers plutôt que recourir à l’aide de la banque. Différentes raisons sont à la base de cette forme de crédit. Parmi elles, on peut citer la possibilité de négocier plus librement entre particuliers.

L’essentiel du crowdfunding

En vogue aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne depuis une dizaine d’années maintenant, le crowdfunding se montre comme la solution aux problèmes de prêt entre particuliers. Appelé également, financement participatif, il permet de se passer des banques et de trouver un prêt intéressant avec un particulier ou une communauté. Dans ce type de contrat, l’emprunteur recherche un financement pour son projet et de l’autre côté, les prêteurs veulent trouver un bon placement.

Souvent, avant de souscrire, on se pose la question, pourquoi faire une demande de prêt entre particulier? Une des premières raisons est que la plupart du temps, si les emprunteurs optent pour les prêts communautaires, c’est parce que leur demande a été refusée auprès des établissements de crédit ordinaires. Il faut cependant préciser que ces fonds communautaires ne financent pas les causes perdues, mais les projets établis par des travailleurs indépendants qui généralement n’ont pas la côte chez les banquiers.

L’intérêt de ne pas passer par les banques

Le fait de ne pas souscrire à un crédit à la banque ne signifie pas pour autant que les prêts entre particuliers sont différents. Le principe est le même : prêter de l’argent à un emprunteur solvable. Différentes personnes optent également pour ce financement participatif, car ils estiment que les taux appliqués par les banques sont largement exagérés. En effet, les plateformes collaboratives proposent des taux de crédit aux alentours de 5 à 8%. Il est bon de noter également que l’apport financier des investisseurs est dédié uniquement pour le projet et aucun avoir ne leur sera reversé.

Du point de vue économique, le crowdfunding n’a pas comme fin de générer uniquement des profits. Pour la plupart, il s’agit de la possibilité de faire un placement rentable et surtout de participer à un capital social partagé. En cet actuel temps de crise, les jeunes entreprises ou encore les travailleurs indépendants sont lésés et mis de côté par les établissements bancaires qui les estiment faibles et donc quelque part insolvables. Enfin, pour les prêteurs, il s’agit d’une occasion pour eux d’être acteurs dans le financement.  Ainsi, ils auront l’opportunité d’apporter leur expérience ainsi que leur réseau. Certaines sociétés qui participent dans ce type de financement en profitent également pour diversifier leur patrimoine.