L’installation d’un système d’alarme fait partie des moyens les plus efficaces, mais aussi les plus courants pour assurer la sécurité d’un bien immobilier et des personnes qui y logent. Certains propriétaires qui mettent en location leur maison ou appartement n’équipent pas ces derniers de système de sécurité. Ainsi, c’est parfois aux locataires qu’incombe la mise en place d’un dispositif approprié. Pour cela, il est toutefois nécessaire de connaître quelques points importants. Ce sont notamment : le choix du modèle d’alarme ainsi que les formalités à accomplir suivant le statut de locataire.

Système d’alarme pour les locataires, quel modèle choisir ?

En tant que locataire, on peut ne pas vouloir entreprendre d’importantes opérations de rénovation dans le logement qu’on loue. Afin d’installer un système d’alarme efficace et sans générer de travaux, l’utilisation des alarmes sans fil est plus que recommandée. Leur installation est simple et peu coûteuse. On peut notamment de trouver de bons modèles sur maisonalarme.fr. De plus, les appareils sans fil ont l’avantage d’être facilement démontables en cas de déménagement.

Les alarmes filaires ne sont pas pour autant un mauvais choix. Leur installation peut cependant coûter un peu plus cher que dans le cas des alarmes sans fil. Ce qui peut devenir moins rentable pour les locataires, car ils ne pourront pas les réutiliser dans un autre logement.

Les formalités à accomplir

Pour la pose d’un dispositif d’alarme, le locataire devra en avertir le syndic de copropriété. Cela est indispensable, car chaque immeuble est régi par une réglementation en matière de nuisance sonore. Ensuite, une autorisation écrite du propriétaire doit être obtenue pour installer un système d’alarme filaire. Il est fortement conseillé de bien conserver l’autorisation écrite du loueur pour que le locataire puisse s’assurer de son remboursement, à la fin du contrat de bail, pour les travaux engagés. Concernant les alarmes sans fil, la mise en place peut se faire sans l’accord préalable du bailleur.

L’installation de l’alarme à incendie

640px-wikigrenier_-_detecteur_de_fumee_01Selon la loi Macron du 6 août 2015, toute habitation, qu’elle soit un immeuble, une résidence ou une maison particulière, doit être dotée d’un système d’alarme anti incendie. Ce dispositif est communément appelé DAAF ou détecteur avertisseur autonome de fumée. Cette règle est valable aussi bien pour les propriétés immobilières vides, que pour celles occupées par le propriétaire ou par un locataire.

En principe c’est au locateur de procéder à l’installation de l’alarme à incendie. Le locataire peut cependant s’en charger à condition d’être remboursé sur les frais engagés en matière de travaux ainsi que sur l’achat du dispositif. Pour cela il doit simplement présenter les factures à son bailleur. L’entretien du système anti incendie sera assuré par le locataire. Cela relèvera en général du bon fonctionnement de l’appareil et de sa préservation contre l’usure.